Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BertrandGobin.com / Journalisme Edition Investigation

BertrandGobin.com / Journalisme Edition Investigation

Le blog de Bertrand Gobin, journaliste indépendant, éditeur

Comment l'Elysée est passé outre l'avis du préfet

EXCLUSIF - Rebondissement dans l'affaire de la Légion d'honneur d'Edouard Leclerc : le préfet du Finistère, sollicité fin 2008 par la grande chancellerie aux fins d'instruire la demande de décoration, avait en fait donné un avis négatif. D'une part, Pascal Mailhos se conformait à la décision d'un de ses prédécesseurs, Pierre Hosteing qui, le premier, s'était opposé à ce que la République honore l'épicier au passé controversé. D'autre part, le nouveau préfet du Finistère ne manquait pas d'expertise en matière de consultations d'archives : il était jusque-là le directeur central des Renseignements généraux. Autant dire que l'avis qu'il envoie à la grande chancellerie est sérieusement motivé.

Quelle ne fût donc pas sa surprise quand il a appris que le nom de l'homme d'affaires breton figurait sur la liste de la promotion du 1er janvier 2009. Furieux que son avis n'ait pas été retenu, il se renseigne auprès de la chancellerie où on lui fait comprendre que c'est l'Elysée - le président de la République est le grand maître de l'ordre - qui a pris la décision de décorer Leclerc. S'ensuit un coup de fil à Claude Guéant : Pascal Mailhos lui dit à quel point il est "scandalisé" par la manière avec laquelle l'Elysée est passé outre son avis.

Comment le secrétaire général de l'Elysée parvient-il à calmer la colère du préfet du Finistère ? Claude Guéant a-t-il demandé à Bernadette Malgorn, qui lui avait succédé à la préfecture de Bretagne et qui a longtemps eu Mailhos comme bras droit, d'intervenir ? Une chose est certaine : Pascal Mailhos n'a plus évoqué le sujet. Peut-être aussi appréhendait-il de se faire traiter de "fieffé salaud" par le fils Leclerc.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article