Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BertrandGobin.com / Journalisme Edition Investigation

BertrandGobin.com / Journalisme Edition Investigation

Le blog de Bertrand Gobin, journaliste indépendant, éditeur

La famille Pengam exprime "son profond désarroi"

Une vingtaine de membres de la famille du jeune résistant finistérien François Pengam, fusillé en 1944 suite à une dénonciation auprès d'un chef de la Gestapo, viennent d'écrire au Grand chancelier de la Légion d'honneur. Dans un courrier daté du 5 mars, les signataires font part au Général Jean-Pierre Kelche de leur "profond désarroi" devant la remise de la Légion d'honneur à Edouard Leclerc le 14 décembre dernier à l'Elysée. "Comment la République Française, écrivent-ils, peut-elle aujourd'hui décorer un homme qu'elle avait elle-même "reconnu irresponsable de ses actes" (...) ?".
Le courrier est accompagné de la lettre du Procureur de la République adressée le 19 février 1945 au père de François Pengam qui l'avait interrogé sur l'issue de la procédure engagée contre Edouard Leclerc (voir l'article précédent).
"Profondément affectés" par cette distinction, les membres de la famille Pengam attendent une réponse à leurs interrogations. Copie de leur courrier a notamment été envoyée à Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, Hubert Falco, secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants et Guy Teissier, président de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale.

-----------------------------
François Pengam s'est engagé dès 1942, à l'âge de 17 ans, dans un groupe de choc des FTP. Arrêté suite à une dénonciation auprès d'Herbert Schaad (Gestapo), il est fusillé le 27 mai 1944 à 19 ans, "emportant dans la tombe les noms de ses camarades qu'il n'avait pas voulu livrer" (extrait de sa citation). François Pengam était originaire de Landerneau (29), où une rue porte son nom.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article